Imagine: A Scientific Fantasy 2 ‎–‎ A video-analysis in 3D of Hurrian Song H6 performed by Lara Jokhadar

This 47th video-analysis of the VIAMAP series is an anniversary video to commemorate the beginning of video-analyses at the CERMAA. It features 3D graphical techniques as well as a short introduction explaining the scale(s) used in the analysis. It is a sequel to the 46th video-analysis –‎ the first in the 3D series –‎ the publication of which is delayed. It is also a 3D remake of the first video-analysis by the CERMAA, featuring an alternate take of Hurrian Song H6 performed by Lara Jokhadar and arranged by Richard Dumbrill, Amine Beyhom and Rosy Azar Beyhom in 2012. Further details are explained below (the scale) and in the video as such, as well as in the original post for the first video-analysis.

Explanations about the graphic scale used for the 3D video-analysis of Hurrian Song H6 3D performed by Lara Jokhadar

The last sequence preceding the end credits proposes the following text:

now imagine what it would be if we could apply 3D graphic analysis and animation to all aspects and characteristics of sound; stop, rewind, slow down the music and animation at will, zoom in, zoom out, keep selected characteristics and look up each and all details from the desired point of view and, finally, apply all these to the analysis of multi-part music, with each part shown separately, or together with other parts…

Amine Beyhom, “Imagine A scientific fantasy”

3D video-analysis of Hurrian Song H6 performed by Lara Jokhadar: take 4 recorded on the 21st of October 2012 by Amine Beyhom


A CERMAA production

Video Analysis (https://youtu.be/L2c5-IHOmTc)


Call for Papers for NEMO-Online issue No. 8 (November 2019) / Appel à Contributions pour ‎NEMO-Online n°8 (Novembre 2019)‎

English

[French translation below]

Research centres and groups CERMAA, ICONEA and IReMus are delighted to inform you that the main theme for number eight of NEMO-Online will be: Music as science or music as art? This question has brought up controversy for centuries. It seems useful to apprehend what is the current position of music and musicology about this conundrum.

Other themes are also proposed:

  1. The concepts and terminology of musicology and their evolution
    1. Variations on the linguistics of musicology. Have homophonic terms in various languages and different cultures the same meaning ?
      • Collation of a multilingual lexicon taking these linguistic variations into account.
    2. Differing perceptions in different times and spaces for terms such as ‘heterophony’, ‘polyphony’, ‘monody’, or ‘diatonic’, ‘chromatic’, ‘enharmonic’, etc.?
    3. Difference between ‘law’ and ‘rule’
    4. Others
  2. Musicology in the Arabian World aside countries having an established musicological structure such as the Lebanon and Tunisia.
    1. ‎Music and musicology in the Maghrib, countries of the Persian Gulf, Syria.
    2. ‎‎Byzantine and related chanting, such as syriac, coptic, etc.
    3. Others
  3. Common practice of maqām
    1. The Mediterranean and the Balkans
    2. Turkic and Persian worlds
    3. Indian, Chinese and others
    4. Beyond the Western Mediterranean

Articles for this issue will be published according to their evaluation and layout for the internet. NEMO-Online No. 8 will collate articles published and in the course of editing and will be printed in November 2020 as part of the fifth volume (NEMO-Online Nos. 8 & 9).

Languages an rules : click here.
Please send proposals for articles to Richard Dumbrill and Amine Beyhom before end of May 2019.

Deadline for papers: end of July 2019.

Additionally, the Editorial Board will consider special extraneous contributions as long as they fit within the general aim of the publication.

Previous volumes are available here. (Please note that Volume 4, Nos 6&7 is now available in print.) Individual papers are available from the Articles tab on the NEMO-Online site.

 

French

Les centres et groupes de recherches CERMAA, ICONEA et IReMus ont le plaisir d’annoncer le thème principal du no 8 de NEMO-Online : Musique en tant que science ou musique en tant qu’art ? Cette question soulève la controverse depuis des millénaires, et il semblerait utile de faire un état des lieux de la pensée musicologique et musicale à ce sujet.

D’autres thèmes sont proposés, sur le long terme, à partir de ce numéro et continueront de complémenter le thème principal :

  1. Les concepts et la terminologie de la musicologie et leur évolution historique :
    1. Variations linguistiques de la terminologie (les « mêmes » termes veulent-ils dire la même chose dans différentes langues ou différentes cultures ?)
      • Établissement d’un lexique multilingue et/ou d’un dictionnaire critique de la musicologie prenant en compte ces variations
    2. Perceptions différentes dans le temps et l’espace de termes comme « hétérophonie », « polyphonie », « monodie », ou encore « diatonique », « chromatique », « enharmonique », etc. ?
    3. La différence entre « loi » et « règle » dans différentes langues et à différentes époques
    4. Autres
  2. Musicologie du Monde Arabe hors pays ayant des structures établies en musicologie (tels le Liban et la Tunisie) :‎
    1. ‎Musique et musicologie du Maghreb, des pays du Golfe arabo-persique, de la Syrie
    2. ‎Chant byzantin et dérivés, chant syriaque, chant copte, etc.‎
    3. Autres
  3. Tronc commun du maqām:
    1. Méditerranée et Balkans
    2. Mondes turcique et persan
    3. Affinités indiennes, chinoises ou autres
    4. Au-delà de la Méditerranée européenne

Les articles de ce numéro seront publiés au fur et à mesure de leur réception-évaluation-préparation pour la publication internet. NEMO-Online No 8 rassemblera les articles parus et en cours de parution et sera publié en novembre 2020, comme partie du Volume 5 (NEMO-Online Nos 8 & 9).

Langues et normes : voir ici.
Envoi des propositions d’articles à Richard Dumbrill et à Amine Beyhom avant : fin mai 2019.

Date limite d’envoi des articles : fin juillet 2019.

La rédaction acceptera également d’examiner des dossiers spéciaux ou des articles hors-thème, du moment qu’ils concernent la thématique générale de la revue.

Les volumes précédents sont disponibles ici, les articles individuels dans l’onglet Articles sur le site de NEMO-Online. Veuillez noter que le Volume 4, Nos 6&7 est désormais disponible en version imprimée.

 

NEMO-Online Vol. 4 Nos. 6&7 available / Mise en ligne de NEMO-Online Vol. 4 n°6&7

NEMO-Online Vol. 4 Nos. 6&7 is now available for downloading (download link below) / NEMO-Online Vol. 4 nos 6&7 est disponible pour téléchargement (lien ci-dessous).

All pdf articles in this volume are available individually at http://nemo-online.org/articles and bookmarked for titles, subtitles and figures / tous les articles au format pdf de ce volume sont téléchargeables individuellement à http://nemo-online.org/articles et contiennent des marque-pages correspondant aux titres, sous-titres et figures.

Note that minor changes in the layout may occur between individual articles and the binded volume, due to the harmonising of the layouts between No. 6 and No. 7 / Les changements mineurs de la mise en page entre articles individuels et volume collaté sont dûs à l’harmonisation entre les deux numéros 6 & 7 suite aux améliorations apportées à partir du n°7.

Hard and soft copy printed versions to follow shortly / Les versions imprimées seront disponibles prochainement.

 

NEMO-Online Vol. 4 contents / contenu / ملخّص :

Editor’s letter / Éditorial / كلمة الناشرين : Evolution, problems and alternate propositions for musicology and ethnomusicology / Évolution, problèmes et proposition alternatives pour musicologie et de l’ethnomusicologie التطوّر، المشاكل والحلول البديلة لعلم الموسيقى (موسيقولوجيا) وعلم الموسيقى
الإثنية (الإتنوموسيقولوجيا)

NEMO-Online No. 6 :

  • Amine Beyhom : “A Hypothesis for the Elaboration of Heptatonic Scales,” Near Eastern Musicology Online 4 6 |2017-05| p. 5–88.
  • Richard Dumbrill : “The Truth about Babylonian Music,” Near Eastern Musicology Online 4 6 |2017-08| p. 91–121.
  • Bruno Deschênes : “A preliminary approach to the analysis of honkyoku, the solo repertoire of the Japanese shakuhachi,” Near Eastern Musicology Online 4 6 |2017-08| p. 123–143.

 

 NEMO-Online No. 7 :

  • Amine Beyhom“MAT for the VIAMAP – Maqām Analysis Tools for the Video-Animated Music Analysis Project,” Near Eastern Musicology Online 4 7 |2018-11| p. 145–256.

Vol. 4 Nos. 6&7 (pdf).

Previous volumes / Volumes précédents / الأعداد السابقة /

Note: we use at NEMO-Online the CharisSIL font / nous utilisons à NEMO-Online la police CharisSIL / http://www.fon.hum.uva.nl/praat/CharisSIL-4.110.zip / also available at / également téléchargeable à / http://www.fon.hum.uva.nl/praat/download_win.html.

(Permalink: http://nemo-online.org/?p=1750)

Release of HURRIAN SONG 6 (H6) by CERMAA (DUMBRILL/BEYHOM/AZAR-BEYHOM) performed by Lara Jokhadar

Release of the first animated video produced at CERMAA.
HURRIAN SONG 6 (H6) was arranged by Richard Dumbrill, Amine Beyhom and Rosy Azar Beyhom in 2012, and performed by Lara Jokhadar.
The video (below) shows the Pitch analysis of Lara’s voice with Praat, in two sections (upper and lower). The upper section offers a general view, while the lower section shows the detailed analysis, with horizontal red dashed lines showing the tonic and the octave, blue dashed line for the fifth and green for the fourth.
Special thanks to Wim van der Meer and to Kabalan Samaha for their help in producing this first video.

Call for Papers for NEMO-Online issue No. 7 (November 2018) and Free download of NEMO-Online 6 articles / Appel à Contributions pour NEMO-Online n°7 et Mise en téléchargement des articles de NEMO-Online n°6

English

Free download of the articles of Nemo-Online Vol. 4 No. 6 below (click for the pdf version on the corresponding title of each article). 

Issue 6 of NEMO-Online and editorial will be available in hard copy and pdf with Issue 7 in Volume 4, November 2018.

NEMO-Online Vol. 4 Nos. 6 & 7 call for papers was: Research groups CERMAA, ICONEA and IReMus are seeking papers for the sixth and seventh issues of NEMO. The theme, continued from the theme of NEMO-Online No. 5 (available here), is about ‘Musicology/Ethnomusicology: evolutions, problems, alternatives’.

This call for papers is sustained for NEMO-Online Vol. 4 No. 7 issue. We would like this issue of NEMO to continue the debate initiated in NEMO-Online No. 5&6 concerning the usefulness of the science, the problems raised due to powerful and contradictory non-scientific characteristics, and the alternatives which may be proposed.

Papers to be sent both to Richard Dumbrill and Amine Beyhom and should follow the editorial layout.

Following the updated editorial policy of NEMO-Online, papers are published as soon as ready during the year preceding the official publication in November of each year, then emendated if necessary for final publication. Papers hold the date of their effective publication besides the date of their official publication (between parentheses). To comply with NEMO-Online publishing policy, and as with all articles of the review since Volume 3, the pdf version includes bookmarks corresponding to the titles, sub-titles, tables and figures, which should help the reader navigate between the different parts of the article.

The Editing Board will consider the publication of papers which might be ‘off subject’ as long as they retain some relationship with the wider theme of the publication.

Deadlines for NEMO-Online No. 7 issue: proposals by end of May 2018 and finalized paper by end of July 2018.

Previous volumes available here, individual articles on the dedicated page (Articles tab) on NEMO-Online website.

 

NEMO-Online 6 contents :

Musicology/Ethnomusicology: evolutions, problems, alternatives (2)

Originally entitled  “A New Hypothesis for the Elaboration of Heptatonic Scales and their Origins” and published (2010) in the proceedings of ICONEA 2008, this paper has been emendated, updated and enriched, and is reissued for NEMO-Online Vol. 4 No. 6. New research since its first publication presented complementary and sometimes clarifying facts which, with the evolution of terminology (see Beyhom’s “Lexicon” in NEMO-Online Vol. 2 No. 2 – in French, with Appendix L – entitled “Core Glossary” – in this article complementing it), makes it indispensable to publish this new edition. Most of the tables and figures have been reintegrated in the body text, and a dedicated appendix (Appendix G) has been added concerning Octavial scales with limited transposition.

(Adapted) excerpts from the article (Introduction):

The insistence of Mainstream Western Archaeomusicology at force-fitting the Babylonian musical system into the Western model is one of the greatest oversights in the History of music. It came from the methodology (or rather of its absence) of certain Assyriologists and of their determination at spearheading “their discoveries” by means of unsuitable Western models. The manner in which Musical systems are constructed, whether consciously or not, are part of the culture of a people and must be unveiled with the utmost respect and without linkage to theories of later cultures as this would lead to colonialist unification. This article is the consequence of my determined endeavor at academically fostering the proof of the evidence against unproven presumptive inference, and more significantly to assert, scientifically, that heptatonism – which is not universal – is by no means engraved onto mankind’s unconscious. It is a structure, among others, which eventually hatched in the Near-East, as part and consequence of another or other systems, but not as a new, independent and exclusive concept.

Bruno Chikushin (his artist name) Deschênes, a musician and author of a book on the shakuhashi, is a trained shakuhachi player. The aim of his article is to propose a musician’s point of view on the analysis of the honkyoku repertoire. In order to propose another model for understanding this unique music, Deschênes expands on previous authors’ proposals and shows, in the final section, that some of these authors’ conclusions do apply to honkyoku music, while others do not. Although these authors present a relevant understanding of the melodic structure of honkyoku, Deschênes suggests that there is more to it than they propose, specifically highlighting two important aspects of this music that they miss, namely that playing shakuhachi has to do first and foremost with tone-color, not pitches, and that the melodic quality of each phrase and each piece is more in the melodic forms and contours created by the kakuontei and the kakuon than it is in the pitches (see the Glossary at the end of the article).

 

Français

Les articles du numéro 6 de NEMO-Online sont accessibles librement en téléchargement ci-dessous (cliquer sur les titres des articles pour télécharger les pdf).

Le numéro 6 et l’éditorial seront publiés, en version papier et pdf, conjointement avec le Numéro 7 au sein du Volume 4 en (novembre) 2018.

L’appel à contributions pour NEMO-Online Volume 4 nos 6 & 7 était:

Les centres et groupes de recherches CERMAA, ICONEA et IReMus ont le plaisir d’annoncer le thème du Volume 4 de NEMO-Online, nos 6 & 7 : « Musicologies/Ethnomusicologies : évolutions, problèmes, alternatives ». Le thème est la continuation du thème de NEMO-Online no 5, que vous pouvez revoir ici.

Cet appel est maintenu pour NEMO-Online n°7. Nous souhaitons à NEMO que ce numéro prolonge le débat sur l’utilité de la discipline, sur les problèmes suscités par ses caractéristiques fortement (et contradictoirement) a-scientifiques, et, surtout, sur les alternatives qui peuvent être proposées.

Les articles de ce numéro seront publiés au fur et à mesure de leur réception-évaluation-préparation pour la publication internet. NEMO-Online No 7 rassemblera les articles parus et en cours de parution et sera publié en novembre 2018, comme partie du Volume 4 (NEMO-Online Nos 6 & 7).

Langues et normes : voir ici.
Envoi des propositions d’articles à Richard Dumbrill et à Amine Beyhom avant : fin mai 2018 pour NEMO-Online No 7.

Date limite d’envoi des articles : fin juillet 2018 pour NEMO-Online No 7.

La rédaction acceptera également d’examiner des dossiers spéciaux ou des articles hors-thème, du moment qu’ils concernent la thématique générale de la revue.

Les volumes précédents sont disponibles ici, les articles individuels dans l’onglet Articles récemment ajouté sur le site de NEMO-Online.

Contenu du numéro 6 :

Musicologie/Ethnomusicologie: evolutions, problèmes, alternatives (2)

Le titre original de cet article, publié en 2010 après le colloque ICONEA 2008, était “A New Hypothesis for the Elaboration of Heptatonic Scales and their Origins”. Cette version publiée par NEMO-Online porte le titre, plus concis, “A Hypothesis for the Elaboration of Heptatonic Scales”, l’hypothèse présentée n’étant pas nouvelle (établie en 2003) et toujours non remise en cause dans la littérature musicologique. L’article est corrigé, mis à jour pour la terminologie (voir le “Lexique” de l’auteur dans NEMO-Online Vol. 2 No. 2, avec l’Appendice L – le “Core Glossary” – dans cet article comme complément), et augmenté.  La plupart des tables et figures a été réintégrée dans le texte principal, et l’Appendice G (concernant les échelles à transposition limitée) ajouté, avec son complément Power Point. 

Extraits (adaptés) de l’article (Introduction):

L’acharnement avec lequel la musicologie occidentale a essayé de refondre le système babylonien dans un moule occidental, ne lui convenant pas, est certainement l’expression d’un occicentrisme persistant issu d’une méthodologie, ou plutôt de son absence, parmi les assyriologues et pseudos-musicologues, et de leur acharnement à promouvoir leurs ‘découvertes’ par le moyen de modèles occidentaux inappropriés. La manière dont les systèmes musicaux sont construits, consciemment ou non, fait partie de la culture d’un groupe ‘ethnique’ et doit être dévoilée avec le plus grand respect et sans, à tout prix, les rattacher à des cultures qui leurs sont postérieures car cela équivaudrait à une unification colonialiste. Cet article est la conséquence de ma détermination à produire la preuve des faits contre les présomptions issues d’interprétations, et plus particulièrement de démontrer que l’heptatonisme – qui n’est pas universel – n’est certainement pas gravé dans notre inconscient. C’est une structure, entre d’autres, qui éventuellement eût éclos au Proche-Orient comme partie et comme la conséquence d’un autre ou d’autres systèmes, mais non un système nouveau, indépendant et exclusif.

Bruno Chikushin (de son nom d’artiste japonais) Deschênes, auteur du premier livre en français consacré au shakuhachi, est un musicien de formation. Le but de son article est de proposer une analyse du répertoire solo de honkyoku pour shakuhachi du point de vue du musicien. Afin de proposer un modèle qui devrait permetre de mieux comprendre cette musique unique, Deschênes développe les propositions d’auteurs précédents et montre, dans la dernière section, que certaines conclusions de ces auteurs s’appliquent à la musique honkyoku, alors que d’autres ne s’appliquent pas. Bien que ces auteurs présentent une compréhension pertinente de la structure mélodique de honkyoku, Deschênes suggère qu’il y a plus que ce que leurs analayses proposent, soulignant spécifiquement deux aspects importants de cette musique qui sont absents, à savoir que le jeu du shakuhachi consiste d’abord à mettre de l’avant les timbres musicaux et non les hauteurs, et que la qualité mélodique de chaque phrase et de chaque pièce est plus dans les formes mélodiques et les contours créés par les kakuontei (intervalle nucélaire) et les kakuon (note nucléaire) que dans les hauteurs proprement dites (voir aussi le glossaire à la fin de l’article).

 

(Permalink: http://nemo-online.org/archives/1692)

CERMAA Director Amine Beyhom awarded the 2017 Lois Ibsen Al-Faruqi Prize / Le prix 2017 Lois Ibsen Al-Faruqi décerné au Directeur du CERMAA Amine Beyhom

English

We are delighted at CERMAA to announce that Amine Beyhom, director of the CERMAA, was awarded on the 28th of October 2017, by the Society for Ethnomusicology, the Lois Ibsen Al-Faruqi Prize for the year 2017. The prize is awarded every three years.

The video of the presentation speech is available at https://www.facebook.com/TheSocietyForEthnomusicology/videos/1601780733223099/ : 1:27:20-1:29:04. (The excerpt can be directly watched at http://foredofico.org/CERMAA/wp-content/uploads/2017/12/SEM_2017-General-Membership-Meeting-1601780733223099-12.mp4)

Transcribed excerpt from Katherine Butler Schofield’s presentation speech:

It’s an enormous privilege in this year, of all years, to announce the winner of the 2017 Lois Ibsen Al-Faruqi prize, which is bestowed to recognize the scholarly contributions of an individual music scholar or music institution in the Islamic world. The committee, constituted by Laudan Nooshin as chair […] and other members, which are Jonathan Glasser and myself, we are delighted to award the Lois Ibsen Al-Faruqi prize this year to Amine Beyhom […]. Amine Beyhom is an impressive Lebanese scholar who has taken on a broad comparison project that links musical traditions that are at the historical heart of the Islamic world. He has engaged seriously with a huge geographical and historical range of musical practices, and has built up a broad network of colleagues in the Arabic speaking world and in France. He has clearly had a long-term influence on musicology and ethnomusicology, and giving him this award is both an honor for him, and an opportunity for him to engage more closely with English-speaking colleagues, particularly in the growing field of historical ethnomusicology. And as well as the work in itself, we were impressed by the number and range of letters that we received in support of his nomination. Please, give him a round of applause, in absentia [applause].

Amine Beyhom would like to express his heartfelt thanks to all the persons and institutions who nominated him for this prize.

 

Français

Le CERMAA a le plaisir d’annoncer qu’Amine Beyhom, directeur du CERMAA, a reçu le 28 Octobre 2017, de la Society for Ethnomusicology, le Prix Lois Ibsen Al-Faruqi pour l’année 2017. Le prix est décerné tous les trois ans.

La video comprenant le discours de description du prix et du lauréat est disponible à https://www.facebook.com/TheSocietyForEthnomusicology/videos/1601780733223099/ : 1:27:20-1:29:04. (L’extrait est directement visible à http://foredofico.org/CERMAA/wp-content/uploads/2017/12/SEM_2017-General-Membership-Meeting-1601780733223099-12.mp4)

Traduction de l’extrait (texte de présentation du Prix Lois Ibsen Al-Faruqi 2017 par Katherine Butler Schofield):

C’est un énorme privilège, et particulièrement cette année, d’annoncer le lauréat du Prix Lois Ibsen Al-Faruqi 2017, qui est décerné pour reconnaître la contribution académique d’un chercheur ou d’une institution du monde islamique en musique. Le comité, constitué de Laudan Nooshin en tant que présidente […], et d’autres membres qui sont Jonathan Glasser et moi-même, nous réjouissons de décerner le Prix Lois Ibsen Al-Faruqi à Amine Beyhom […]. Amine Beyhom est un chercheur libanais impressionnant qui a entrepris un vaste projet comparatif qui relie entre elles des traditions musicales qui se situent au cœur du monde islamique. Il s’est impliqué profondément dans un très large panel, historique et géographique, de pratiques musicales et a développé un réseau étendu de collègues dans le monde arabe et en France. Il a clairement influencé durablement la musicologie et l’ethnomusicologie, et l’octroi de ce prix est aussi bien un honneur qu’une incitation pour lui à s’impliquer plus étroitement avec ses collègues de langue anglaise, plus particulièrement dans le domaine en expansion de l’ethnomusicologie historique. Et, autant que par la qualité de l’œuvre en soi, nous avons été impressionné.e.s par le nombre et l’éventail de lettres que nous avons reçues en soutien à sa nomination. Veuillez l’applaudir, in absentia.

Amine Beyhom remercie de tout cœur les personnes et les institutions qui l’ont nominé pour ce prix.

NEMO-Online Vol. 3 Nos. 4&5 available / Mise en ligne de NEMO-Online Vol. 3 n°4&5

(click on the title of each article for the corresponding pdf version / cliquer sur les titres des articles pour télécharger les pdf).

NEMO-Online Vol. 3 : (all pdf articles in this volume are bookmarked for titles, subtitles and figures / tous les articles au format pdf de ce volume contiennent des marque-pages correspondant aux titres, sous-titres et figures)

Editor’s letter / Éditorial / كلمة الناشرين : Instrumental facture & Evolution of musicology and ethnomusicology / Facture instrumentale & Évolution de la musicologie et de l’ethnomusicologie / صناعة الآلات وتطوّر علم الموسيقولوجيا والإتنوموسيقولوجيا

NEMO-Online No. 4 contents / contenu / ملخّص : Instrumental facture from its sources in the Ancient Near East to modern times / La facture instrumentale au Moyen-Orient, des origines à nos jours / صناعة الآلات الموسيقية في الشرق الأوسط، من البدايات وحتى يومنا هذا

 

NEMO-Online No. 5 contents / contenu / ملخّص : Musicology and Ethnomusicology: evolutions and problems / Musicologies et Ethnomusicologies : évolutions et problèmes / الموسيقولوجيا والإتنوموسيقولوجيا، التطوّر والمشاكل

Complete / Vol. 3 Nos. 4&5 / complet (pdf) (hard copy/imprimé).

Previous volumes / Volumes précédents / الأعداد السابقة /

Note: we use at NEMO-Online the CharisSIL font / nous utilisons à NEMO-Online la police CharisSIL http://www.fon.hum.uva.nl/praat/CharisSIL-4.110.zip, also available at / également téléchargeable à http://www.fon.hum.uva.nl/praat/download_win.html.

(Permalink: http://nemo-online.org/?p=1460)

 

 

Public presentation of Amine Beyhom’s book on Byzantine chant – Orient Institut Beirut – 16th February 2016

Amine Beyhom will present his new book on Byzantine chant (and animating a seminar On priests and modes. Or how the author finally got to understand Byzantine chant theory and praxis) in the Orient Institut Beirut on the 16th of February 2016 (from 6:00 to 8:00 p.m. – please see details on http://www.orient-institut.org/index.php?id=12 – pick “16th February”; contact, address and map available at http://www.orient-institut.org/index.php?id=58).

Mīkhāʾīl Mashāqa (1800-1888) was the first known modern theoretician of music to explain in written form the 24-quartertones system that was to become a standard in most Arabian countries. The lecture will reflect briefly how the personal development of this historian was closely bound with the history of the Middle East in the 19th century before shedding light on his musicological writings which, unlike other theories of Arabian music, compare the latter with the theories of Byzantine chant, namely the system of Chrysanthos of Madytos (1770-1846), who was the leader of the first “modern” reform of the Byzantine orthodox chant. This characteristic of Mashāqa’s treatise on music led the speaker to a thorough research on the two Patriarchal reforms of the 19th century.

It will be therefore shown how the theory of Chrysanthos is related to other Eastern theories like the Indian śruti system or the maqāmāt of Shihāb al-Dīn al-Ḥijāzī. At the same time, this reading will be contrasted  to Western musicological theorieson Eastern chant and their focus on Hellenistic rereading of Ancient Greek theories which, apart from trying to reduce Byzantine chant to a by-product of Western music, became the main tool of Orientalist studies on the music of the Middle East.

The presentation includes audio excerpts/analyses and liveʿūd examples.

This seminar / presentation, based on Amine Beyhom’s new book on Théories byzantines de l᾽échelle et pratiques du chant byzantin arabe, published 2015 (see: http://foredofico.org/CERMAA/archives/584) and co-organized with the Centre de Recherches sur les Musiques Arabes et Apparentées, is placed under the Auspices of the Ministry of Culture in Lebanon.

 

NEMO-Online No. 5 : Call for papers / Appel à contributions

English

NEMO-Online No. 5 : Call for papers

Research groups CERMAA, ICONEA and IReMus are seeking papers for the fifth issue of NEMO. The theme will be about ‘Musicology/Ethnomusicology: evolutions and problems’.

Since its origins as Vergleichende Musikwissenschaft, ethnomusicology struggles to define itself in relation to classical Occidental musicology, the latter being the semantic carrier of a more general character which is nevertheless restricted to the study of musics which in a first instance concerns only the Occident, and in a second instance, which is concerned with music labelled as ‘learned’, even integrating popular musics such as jazz, pop, rock and electro-acoustic musics – a rather large musicological study, all of this placed in a context of a growing as well as various unification specialisation proposals of general musicology sub-fields.

History of music and of its instruments ; a society producing a, or various specific and determined musics ; musical production means ; musical form classification ; teaching methods ; study of manuscripts ; musical analysis and its different approches… which, inevitably are means and disciplinary fields labelled traditional musicology by adepts of the New Musicology, are also investigated by ethnomusicologists whose semantic or institutional self-characterisation strategy hesitates between acceptations of ‘musical anthropologists’ (oral or not), with, here and there, a survival of the problematic meaning of ‘ethnical musicology’ (study/science of the music of extra-Occidental cultural communities). Additionally, it is possible to offer the idea that its fancy name makes of ethnomusicology a science of an auto-reflexive nature, contrarily to the science which qualifies itself as ‘of music’.

Is there a musicology specific to non-Occidental musics that could be qualified as Art ? Would the multiple forms that these musics may have within their own society, their coexistence among diverse popular musics the structural system of which comparable, and especially that of the origins of their oral transmission exclude them of ‘hard’ musicology which would be unthinkable without score analysis ? And would not this latter become obsolete in a world where recording has predominated for over one century, as for over the past decades, for compositions made from unlimited samples of pre-recorded and infinitely bespoken sounds ?

Boundaries become blurred within musicology and ethnomusicology which, because of the power of concepts and facts, share both convergent and divergent characteristics ; what has become of the perception of these fields, essentially Occidental in nature, when they are revisited by non-Occidental musicologists often trained in Occidental universities ? In what way does the tripartite semiology, or even TrầnVăn Khê’s definition of ‘mode’ characterize a so-called Chinese, Arabian, or Azeri music ? Is the presence of a musical score or not sufficient an argument to integrate one music and reject one or another from the study of musical semiotics ? What about musics which, as Occidental music operate, write their compositions on a score and therefore do no longer belong to the oral tradition and as such would be subjected to the rules of ‘hard’ musicology ? Lastly, should ethnomusicology disolve while absorbing Occidental musicology ?

Beyond denominations, the terminologies for these fields are extremely ambiguous and as a consequence contribute to a consubstantial confusion with the origins of these fields…

Some ideas :

  • Are TrầnVăn Khê’s four characteristics of the mode useful to define modal musics ?
  • And what of non-Occidental alterity of musicologists and ethnomusicologists studying their own music or the music of others including Occidental music ?
  • Are musical myths opposing a scientific approach to music ?
  • How does archaeomusicology fit in within musicology ?
  • In which ways does the musical ritual studied in non-Occidental societies differs in nature from Occidental music rituals ?
  • Synchronic musicology and diachronic archaeomusicology ?
  • What is the function of comparative musicology in contemporary musicology ?
  • Does systematic musicology belong to the field of musicology or ethnomusicology ?
  • Are there any musicological fields (of musical sciences) which are distinct from Occidental musicology and ethnomusicology and how are they distinct ?
  • What terminology for what musicology ?
  • Can the quest for universals in music continue while musical analysis tools are insufficient for most parts of world musics ?
  • On account of the historical evolutionist aspects of a culture, do some forms of ethnomusicology which neglect these aspects deny the legitimity to these cultures, labelling them as curiosities ?

We would like this issue of NEMO to spearhead a debate between the various components of world musicology concerning the usefulness of the science, and about the problems raised due to powerful and contradictory non-scientific characteristics and the manner in which they could be approached.

Papers to be sent both to Richard Dumbrill and Amine Beyhom and should follow the editorial layout.

The Editing Board will consider the publication of papers which might be ‘off subject’ as long as they retain some relationship with the wider theme of the publication.

Deadlines: proposals by end of June 2016 and finalized paper by end of August 2016.

Previous volumes available here.

 

Français

Appel à contributions pour NEMO-Online N° 5

Les centres et groupes de recherches CERMAA, ICONEA et IReMus ont le plaisir d’annoncer le thème de NEMO-Online N°5 : « Musicologies / Ethnomusicologies : évolutions et problèmes ».

Depuis ses origines en tant que Vergleichende Musikwissenschaft, l’ethnomusicologie peine à se définir par rapport à la musicologie classique occidentale ; cette dernière, porteuse sémantiquement d’un caractère plus généraliste, est cependant réduite à l’étude de musiques qui concernent en premier lieu une partie limitée du monde qui est l’Occident, et des musiques caractérisées au départ comme « savantes » même si le domaine des musiques populaires est devenu, depuis l’avènement du jazz, du pop, du rock puis des musiques électro-acoustiques, un objet d’étude assez important pour l’entreprise musicologique. Tout cela dans un contexte de spécialisation de plus en plus grande, tout comme de différentes propositions d’unification des sous-disciplines de la musicologie générale.

L’histoire de la musique et de ses instruments, la société produisant une ou des musiques spécifiques et déterminées, les moyens de production musicale, la classification des formes musicales, les méthodes d’enseignement, l’étude des manuscrits, l’analyse musicale et ses multiples approches… qui sont inévitablement des moyens et des champs disciplinaires appartenant à la musicologie déclarée comme « traditionnelle » par les adeptes de la New Musicology, sont également investigués par les ethnomusicologues, dont les stratégies d’auto-caractérisation sémantique ou institutionnelles oscillent entre les acceptions « anthropologues de la musique » (étude de l’altérité musicale) et « ethnologues des musiques » (avec ou non limitation à l’oralité), avec de ci de là une survivance du sens hautement problématique de « musicologie des ethnies » (étude/sciences de la musique des communautés culturelles extra-occidentales). On peut d’ailleurs proposer l’idée que son drôle de nom rend l’ethnomusicologie une science éminemment auto-réflexive, contrairement à la science occidentale qui se présente comme « de la musique ».

Y a-t-il une musicologie spécifique à des musiques non-occidentales que l’on pourrait qualifier « d’Art » ? La multiplicité des formes que peuvent prendre ces musiques dans une même société, leur coexistence avec des musiques diverses qui seraient alors dites « populaires » et dont le système structurant est comparable et, surtout, l’origine orale de leur transmission l’excluent-elles du domaine de la musicologie « dure », celle qui est supposée être inimaginable sans analyse sur partition ? Et cette dernière ne devient-elle pas obsolète dans un monde où l’enregistrement audio prédomine depuis plus d’un siècle, tout comme depuis plusieurs décennies la composition à partir de banques illimitées d’échantillons sonores préenregistrés et taylorisables à l’infini ?

Les frontières deviennent brouillées au sein même de la musicologie et de l’ethnomusicologie qui, et par la force des concepts et des faits, révèlent entre elles un aspect convergent et à la fois divergent ; qu’en est-il de la perception de ces disciplines, éminemment occidentales de par leurs origines, quand elles sont reprises à leur compte par les musicologues non-occidentaux souvent formés dans les universités occidentales ? En quoi est-ce que la tripartition sémiologique, ou encore la définition du « mode » par TrầnVăn Khê peuvent bien caractériser une musique dite « classique » chinoise, arabe ou azérie ? Est-ce que l’existence de partitions musicales suffit à intégrer l’une et à rejeter les autres du domaine de l’étude de la sémiotique musicale ? Et les musiques qui, à l’exemple du modèle occidental, utilisent de nos jours la composition sur partition sortent-elles de ce fait du cadre de l’oralité, et deviennent-elles un objet légitime d’étude de la musicologie dure ? Et enfin, la vocation de l’ethnomusicologie est-elle de se dissoudre tout en absorbant la musicologie de l’Occident ?

Par-delà les dénominations, la terminologie même des disciplines étudiant la musique est extrêmement ambiguë et contribue à enraciner une confusion consubstantielle avec les origines de ces disciplines…

Quelques idées de développements :

  • Les 4 « caractères du mode » de TrầnVăn Khê servent-ils à définir les musiques modales ?
  • Quid de la relation d’altérité des musicologues (ou ethnomusicologues) non-occidentaux qui étudient leur propre musique, ou la musique des autres (y compris occidentale) ?
  • Tenir compte des légendes sur la musique ne contredit-il pas totalement une approche scientifique de la musique (à l’exemple de l’origine du ʿūd supposé provenir du corps désarticulé du fils décédé jeune de Lamek, suspendu pour sécher / être conservé sur un arbre) ?
  • Comment s’intègre l’archéomusicologie dans l’édifice musicologique ?
  • En quoi le rituel musical étudié dans les sociétés non occidentales se différencie-t-il, dans sa nature, des rituels musicaux des musiques occidentales ?
  • Ethnomusicologie « synchronique » et (archéo-) musicologie « diachronique » ?
  • Quel est le rôle de la musicologie comparative dans la musicologie actuelle ?
  • La musicologie systématique relève-t-elle du domaine de la musicologie (tout court) ou de l’ethnomusicologie ?
  • Existe-t-il des disciplines musicologiques (des « sciences de la musique ») distinctes de la musicologie et de l’ethnomusicologie occidentales, et en quoi sont-elles différentes ?
  • Quelle terminologie pour quelle musicologie ?
  • La quête des universaux en musique peut-elle continuer alors que les outils d’analyse musicale demeurent inadéquats pour une majeure partie des musiques du monde ?
  • En négligeant les aspects historiques de l’évolution d’une culture, une certaine ethnomusicologie ne dénie-t-elle pas tout simplement toute légitimité à ces cultures, les cantonnant en cela au rôle de curiosités ?

Nous souhaitons à NEMO que ce numéro serve, autant que possible, à un début de débat entre les différentes composantes de la musicologie dans le monde sur l’utilité de la discipline, et peut-être sur les problèmes suscités par ses caractéristiques fortement (et contradictoirement) a-scientifiques et la manière de les surmonter (qui sera le thème d’un numéro prochain de NEMO).

Langues et normes : voir ici.
Envoi des propositions d’articles à Richard Dumbrill et à Amine Beyhom avant : fin juin 2016.

Date limite d’envoi des articles : fin août 2016.

La rédaction acceptera également d’examiner des dossiers spéciaux ou des articles hors-thème, du moment qu’ils concernent la thématique générale de la revue.

Les volumes précédents sont disponibles ici.

New book launch from Amine Beyhom / Publication du livre d’Amine Beyhom sur le chant byzantin

New book launch from Amine Beyhom

Publication du livre d’Amine Beyhom

 

THÉORIES BYZANTINES DE L’ÉCHELLE ET PRATIQUE DU CHANT BYZANTIN ARABE

(Byzantine Scales Theory and Arabian Byzantine Chant Praxis)

ISBN: 978-9953-0-3048-7

To buy the book, please follow this link / Pour acheter le livre, clicker sur ce lien.

Livre sur le chant byzantin - Amine Beyhom (page de garde)

English

Amine Beyhom’s new book on Byzantine chant offers a novel solution about Chrysanthos Madytos’ Theoretical system as well as an indepth tonometrical study of today’s praxis of the Byzantine chant in Lebanon.

 

About the author

  • Amine Beyhom is a musicologist specializing in scale theories and their praxis.
  • He has published the reference work ‘Théories de l’échelle et pratiques mélodiques chez les Arabes – Une approche systématique et diachronique’. The first tome was published by Geuthner, Paris, 2010.
  • He has written numerous ‘in-depth’ articles on modality, and founded two musicological reviews including the most recent NEMO-Online (http://nemo-online.org/) and is the director of CERMAA (Centre de Recherches sur les musiques Arabes et Apparentées – http://foredofico.org/CERMAA/) in Lebanon. He is a musician and a composer and has produced many CDs, concerts and various
    arts festivals within his company ‘Experimental Art Concept’.
  • He holds a Ph.D. since 2003, followed by his Habilitation in 2010 at the Université Paris-Sorbonne.
  • Since 2005, Amine Beyhom has mainly devoted his time to the teaching of musicology and the writing of his works.

Présentation Livre byzantin 151006-Images_Page_4

  • Figure Hors Texte 8 of the book: scales for the 3rd mode of Byzantine liturgical chant

 

Short description

  • The book has four chapters with a synthesis of about 50 pages and an appendix devoted to the origins of Byzantine chant, discussing among others the “Byzantine organ”.
  • The first chapter discusses Mīkhāʾīl Mashāqa’s works and analyses various theories.
  • The second chapter discusses the Arabian perception of Byzantine chant theories and the differences between the two major 20th-century theories.
  • The third chapter is about the Greek sources of the 19th-20th centuries Byzantine theories.
  • The fourth chapter is about Byzantine chant as it is practiced in the Lebanon in both Catholic and Orthodox churches.

_________________________________________________________________

 

Présentation Livre byzantin 151006-Images_Page_1French

Le nouveau livre d’Amine Beyhom sur le chant byzantin propose une approche comparative et analytique comportant une solution inédite pour le système théorique de Chrysanthos de Madytos.

 

Quelques repères biographiques

  • Amine Beyhom est musicologue, spécialisé dans les théories de l’échelle et leurs applications pratiques en musique.
  • Il est l’auteur du livre de référence « Théories de l’échelle et pratiques mélodiques chez les Arabes – Une approche systématique et diachronique » dont le Tome I (sur quatre tomes) a été publié par Geuthner en Novembre 2010.
  • Auteur de plusieurs articles de fond sur les musiques modales, fondateur de deux revues musicologiques (dont la plus récente est NEMO-Online – http://nemo-online.org/) et directeur du CERMAA (Centre de Recherches sur les musiques Arabes et Apparentées – http://foredofico.org/CERMAA/) au Liban, il est également musicien et compositeur, et a produit plusieurs disques, concerts et festivals d’arts du spectacle via sa société de production Experimental Art Concept.
  • Titulaire en 2003 d’un doctorat, puis en 2010 d’une Habilitation à diriger les recherches de l’université de la Sorbonne – Paris IV, Amine Beyhom se consacre exclusivement depuis 2005 à l’enseignement de la musicologie et à la rédaction de ses ouvrages sur la musique.

 

Pourquoi un livre sur le chant byzantin arabe ?

Les relations entre la musique modale orientale et le chant byzantin ont été très peu explorées à ce jour, probablement pour des raisons de compartimentage des spécialisations artistiques au sein des communautés religieuses au Proche et Moyen-Orient(s), mais également à cause de la nature liturgique, exclusive, du chant byzantin.

Il est néanmoins certain que des interactions nombreuses ont existé (et continuent de l’être) entre musiques de cette région et ce, depuis probablement la plus haute Antiquité. Il n’en est que plus étonnant qu’aucune recherche sérieuse sur le sujet ne soit disponible actuellement, à part des articles épars constituant de maigres contributions, parfois contradictoires et souvent partisanes, à l’étude de ce domaine.

Présentation Livre byzantin 151006-Images-2_Page_1

Le connaisseur sera encore plus étonné en relevant que le fondateur (vers 1820-1830) de la musicologie arabe moderne, le docteur Mīkhāʾīl Mashāqa avait basé sa description des théories de l’échelle arabe sur une comparaison entre celle-ci et l’échelle byzantine de l’époque, en considérant d’ailleurs que la dernière était plus à même de reproduire la musique pratiquée par les Arabes que celle, qu’il dénomme « arabe » et qu’il a été le premier à introduire dans un écrit moderne, en quarts de ton égaux.

Cette comparaison, généralement occultée dans les écrits postérieurs s’inspirant du traité de Mashāqa, est restée orpheline dans la littérature traitant de la musique des pays arabes, bien qu’une copieuse littérature comparative existe, plus particulièrement depuis le début du xixe siècle, entre chant byzantin et musique ottomane ou turque.

C’est à partir de ce constat qu’Amine Beyhom décide d’entreprendre une comparaison approfondie entre les théories et les pratiques de ces deux musiques, avec des résultats qui sont exposés dans le livre proposé à l’attention du lecteur et que le présent document se propose de décrire succinctement.

Présentation Livre byzantin 151006-Images_Page_2

 

Court descriptif du contenu du livre et des résultats qui y sont exposés

Le livre comporte 4 chapitres ainsi qu’une synthèse d’une cinquantaine de page, un appendice (50 pages) consacré aux origines du chant byzantin (dont la fameuse question de l’« orgue des églises byzantines ») et, enfin, une série d’annexes consacrées à des problématiques particulières de ce chant.

Amine Beyhom se cantonne au début du livre à l’attitude du néophyte (qu’il a été au début de ses recherches [1]) et prend comme point de départ la comparaison effectuée par Mīkhāʾīl Mashāqa dans la première moitié du xixe siècle et ses échos dans la littérature contemporaine ; il expose dans un premier (court) chapitre les théories de ce musicologue tout en relevant certaines incohérences, concernant plus particulièrement le chant byzantin, dans le discours de musicologues du cru qui se sont intéressés à son traité.

Dans un deuxième chapitre Beyhom s’attaque aux représentations, par des spécialistes arabes de ce chant, des théories de l’échelle byzantine et met en exergue les différences entre deux théories principales, bien que toutes deux basées sur des principes qui semblent être équivalents ; une étude parallèle de la littérature disponible sur le sujet en langues occidentales courantes (française, anglaise, allemande) lui permet d’identifier la théorie byzantine proposée par Mashāqa comme étant celle de Chrysanthos de Madytos [2] tandis que les théories orthodoxes courantes de nos jours se basent sur une version modifiée qui est issue des travaux de la Commission de Musique du Patriarcat œcuménique [3] formée en 1881.

À partir de ce constat, l’auteur entreprend (Chapitre III) une vaste recherche sur les principes à la base de ces théories en s’appuyant sur les sources originales grecques ou en traduction, tout en développant dans l’Appendice une argumentation détaillée réfutant les arguments confinant le chant byzantin originel à une structure semi-tonale. Ce faisant, Beyhom applique une méthodologie qui lui permet de proposer une explication alternative de l’échelle byzantine proposée par Chrysanthos et relève une évolution fondamentale, plus politique que musicale, de la théorie du chant byzantin entre Chrysanthos de Madytos (1818) et la « Commission de musique » (1881).

Présentation Livre byzantin 151006-Images-2_Page_2

La théorie du chant byzantin étant ainsi remise en perspective, il restait à la confronter à la pratique de ce chant notamment, et pour rester dans le cadre d’un seul ouvrage, au chant byzantin au Liban, dans les deux liturgies orthodoxe et catholique [4] : en appliquant une méthodologie originale basée sur les recommandations précédentes de l’auteur dans plusieurs articles, et au bout de quelques années d’analyses de hauteurs et de comparaison des résultats, les conclusions apportées par Beyhom lui permettent de réaffirmer la primauté de la pratique musicale sur la théorie et de proposer de cantonner cette dernière au rôle, purement qualitatif, de guide non contraignant de la première.

Une vaste synthèse finale permet à l’auteur, au terme de ce quatrième chapitre, de resituer les théories et la pratique du chant byzantin dans le vaste courant de la musique de l’Orient Proche (de l’Occident) et de retracer leur évolution aux derniers deux siècles, en interaction avec les bouleversements géopolitiques qui ont rythmé la vie politique, sociale et culturelle de ces régions.

[1] C’est-à-dire vers 2005-2006.

[2] Qui devint après la rédaction de son traité sur le chant byzantin le métropolite (orthodoxe) de la ville de Durazzo (actuellement en Albanie).

[3] De Constantinople.

[4] Dans le rite catholique en Orient la liturgie est pratiquement identique à celle du rite orthodoxe qui en est l’origine.

(shortlink: http://foredofico.org/CERMAA/archives/584)

_________________________________________________________________

 

Reminder / Rappel

To buy the book, please follow this link / Pour acheter le livre, clicker sur ce lien

_________________________________________________________________

 

Documents promotionnels / Further links and downloads: